Les générations antérieures nous ont transmis le poids de leur culpabilité collective

J’ai toujours connu la paix, comme la plupart des citoyens de l’Europe de l’Ouest, qui n’avons jamais connu la guerre. Ce qui ne fut pas le cas de la génération qui m’a précédé.

J’ai grandi dans les années 60, et en tant qu’enfant puis en tant qu’adulte, j’ai pris la paix comme un fait acquis. La génération précédente avait vécu une guerre atroce, qui l’a marquée à jamais. En tant que père maintenant, je ne voudrais pas que mon enfant souffre de ce qu’ils ont souffert ou vu, ou de ce dont ils ont entendu parler à l’époque. Je comprends donc qu’ils ont voulu nous protéger.

Mais c’est loin d’être facile. Précisément parce qu’ils voulaient tant nous protéger de ce qui s’est passé pendant la 2e guerre mondiale, il semble que tous les citoyens de l’Europe de l’Ouest souffrent d’un sentiment de culpabilité en raison de cette guerre. « Plus jamais ça », ont-ils pensé avec raison.

La France a sa part de responsabilité, puisque l’État Français de la France occupée des années 1940 – 1944 a collaboré avec l’envahisseur allemand en déportant des milliers ou des dizaines de milliers de juifs et d’autres vers les camps de la mort. Ce n’est pas un motif de fierté pour nous peuple de France. Mais la Résistance aussi, a existé.

Je ne devrais même pas être affecté par la culpabilité de cette génération par ma famille: mon grand-père paternel, cheminot, était pro-communiste ; mon grand-père maternel, plutôt de droite, fut emprisonné quelques semaines pour ses relations avec un groupe de résistants de la première heure, qui furent décapités par les allemands. Et mon père, à l’âge de 20 ans en 1942, a marché à ses risques et périls depuis la France jusqu’à Barcelone, où il est allé s’inscrire auprès du consulat britannique, pour s’enrôler dans les forces alliées: il a combattu comme parachutiste en Afrique du Nord, en Italie, puis en Provence.

Je ne devrais pas être affecté par cette culpabilité, mais je me rends compte que j’ai été élevé avec toute la culpabilité de cette génération-là, non seulement par mes parents, mais par tous les adultes qui ont tous été marqués par la guerre.

Je suppose que les britanniques aussi ont été élevés avec cette même culpabilité collective de cette genération marquée. Sans parler des allemands. Et probablement toute l’Europe de l’Ouest.

Pourquoi cela ? En raison de ce « Plus jamais ça ! ». En raison de la haine et de la crainte bien compréhensibles du totalitarisme. Aucun d’eux, aucun de nous, ne voudrait que de telles horreurs arrivent à nouveau en Europe, chez nous. Bien sûr que non ! Mais cette génération marquée par la guerre nous a transmis sans paroles sa culpabilité: nous ne pouvons supporter tout ce qui de près ou de loin évoque le totalitarisme. Cela nous fait horreur. Nous le haïssons.

En conséquence, notre haine du totalitarisme nous a rendu tolérants, très tolérants, extrêmement tolérants. C’est notre esprit. Nous sommes marqués, nous aussi. Nous DEVONS tolérer les autres, sinon, nous sommes intolérants, sinon, nous nous dirigeons vers le monstre hideux, et alors nous vient la culpabilité des générations précédentes et nous vient à l’esprit le « Plus jamais ça ! » Si nous ressentons que nos pensées commencent un tant soi peu à prendre cette direction, nous ressentons le monstre en nous-même. C’est de cette façon que nous avons fait nôtre la culpabilité de la génération qui nous a précédé, et que nous-même l’avons transmise à nos enfants.

Mais les immigrants non européens ne partagent pas ces sentiments. Leurs ancêtres n’ont pas ou ont eu peu à voir avec la 2e guerre mondiale. C’est l’Europe qui a créé la « bête immonde », pas eux. Cette peur, cette horreur du totalitarisme, ne leur a donc pas été transmise: c’est normal.

Ce qui n’est pas normal, ce qu’un bon nombre d’entre eux ne se sentent pas coupables quand ils veulent imposer leurs vues aux autres. Attention, je ne dis pas que chaque immigrant est une personne mauvaise, ce qui serait une généralisation ignoble de ma part. Il y a des gens dignes et bons partout, y compris parmi ceux d’origine musulmane. C’est évident. J’en connais.

Ceux que je dénonce sont ceux qui veulent imposer leur propre mode de vie à nos pays, ceux qui nous traitent d’infidèles sans le moindre respect, mais exigent qu’on les respecte, eux, qu’on respecte leur compréhension extrémiste de leur religion, qui exigent de nous que nous ne mangions pas de porc ni ne buvions d’alcool en leur présence. Il ne ressentent aucune culpabilité pour cela. Nous, nous aurions profondément honte de nous conduire ainsi. Ces extrémistes musulmans sont comme des loups au milieu des agneaux, ou, pour reprendre les paroles de Jésus, nous chrétiens somme devenus « comme des brebis au milieu des loups » (Matthieu 10:16). Parce que nous ne devons pas être intolérants, nous ne devons pas montrer de la haine ni même ressentir de la haine, mais que nous devons aimer notre prochain comme nous-même. Mais Jésus conseille à ses apôtres dans la même phrase « Montrez vous donc prudents comme des serpents, et pourtant innocents comme des colombes. Méfiez-vous des hommes, car ils vous livreront aux tribunaux locaux » (Matthieu 10:16.17). Je sais que je me réfère à une situation différente, puisque Jésus parlait de ses disciples, et non d’une société d’origine chrétienne, où les gens peuvent avoir une autre foi, ou avoir foi en l’athéisme. Mais l’analogie des « brebis au milieu des loups » demeure exacte.

Nous sommes donc en présence d’une population musulmane immigrée dans nos pays. En France, ils sont maintenant souvent la 2e ou la 3e génération. J’ai connu la 1re génération, et je n’ai pas eu de problème avec eux (mais appartenant à la classe moyenne, ma vision peut être biaisée). En tout cas, dans les années 70, je n’avais jamais vu de femme musulmane voilée en France. Peu dans les années 80. Davantage dans les années 90. Beaucoup depuis 2000. Et celles-là sont nées et ont grandi en France ! Leurs mères ne portaient pas le voile islamique. Bon, ça peut être leur droit de montrer leur religion. Mais en France, nous avons une autre culture: où est le respect qui nous est dû, à nous et à notre mode de vie ? Nous respectons les coutumes des musulmans dans leurs pays. Ça pourrait être une simple chose. Mais c’est tout un ensemble: Pourquoi certaines municipalités interdisent-elles le porc dans les cantines ? Les non-musulmans qui aiment le porc doivent-ils être punis ? Nous avions l’habitude du poisson le vendredi dans les cantines, tradition catholique, qui donc offense les musulmans. Nous avions les vacances de Noël et de Pâques, dont les noms officiels sont récemment devenus vacances d’hiver et vacances de printemps. Pourquoi ? Devinez.

Ce ne serait pas encore trop mal. Mais maintenant, si vous semblez regarder de travers un groupe de jeunes musulmans, ils risquent de vous agresser pour un mauvais regard supposé. Je me répète encore: ce ne sont pas tous les jeunes musulmans qui se comportent de la sorte. Je ne fais que rapporter des faits qui se passent maintenant couramment, de la part de jeunes musulmans qui s’appellent eux-même fièrement des « racailles ».

Il y a maintenant des zones de non-droit en France, où même les pompiers en intervention de secours se font caillasser, tout cela parce qu’aucun uniforme n’est toléré dans ces lieux.

Des cas isolés ? J’aimerais tant qu’il en soit ainsi. J’ai espéré, comme beaucoup d’autres, pendant des années. Je sais qu’il y a des musulmans en France qui sont écœurés par cela, qui désapprouvent totalement de telles conduites. Mais nous français ne nous sentons même pas respectés dans notre propre pays.

Sans parler des attaques extrémistes: comme l’attentat à la gare d’Atocha à Madrid, le 11 mars 2004.

Ce fut une énorme surprise quand j’ai appris les attentats de Londres, le 7 juillet 2005. Et je fus choqué d’apprendre que les auteurs de l’attentat étaient britanniques, nés dans le pays.

Puis il y eut les émeutes des jeunes musulmans, à l’automne 2005, en banlieue parisienne.

Un instant, est-ce que je devrais même mentionner ces faits ? Est-ce que progressivement les pas de ma pensée me dirigeraient vers cet immonde idéologie d’intolérance ? Je l’ai vraiment pensé. J’ai eu honte. Et je me suis repris à espérer que ces gens finiraient par nous voir tels que nous sommes: leurs concitoyens.

Leur meurtre ignoble du pauvre soldat anglais Lee Rigby, en plein jour, en pleine rue de Londres, le 22 mai 2013, fut pour moi la goutte islamique qui fait déborder le vase. J’ai soudain pris conscience que c’était trop. Qu’il est des attitudes, des actions, des événements qu’on ne DOIT pas tolérer, sous peine de complicité passive : « Qui ne dit mot consent », dit l’adage. C’est alors que j’ai vu les politiciens essayer encore de clamer le politiquement correct dont nous avons été nourri depuis l’enfance: politiquement correct ou lavage de cerveau ? Les politiciens, les gouvernants n’ont pas fait leur devoir: ils n’ont pas fait ce que de vrais leaders devaient faire: non pas apaiser, non pas non plus ajouter à la colère d’un peuple, mais valider, accepter une colère légitime, et la guider, aider le peuple à l’exprimer de façon adaptée en la canalisant. Au contraire, ils ont bridé la colère.

J’étais tellement en colère. Le Seul à mon avis qui a exprimé alors une colère adaptée et a aidé le peuple britannique à l’exprimer dignement est Tommy Robinson, dont j’ai parlé dans un article précédent.

Cet homme est bien plus jeune que moi. Il a eu le courage de se dresser devant l’intolérable. Devrais-je ressentir la culpabilité des générations antérieures ? Le devrait-il ? En aucune façon. Trop, c’est trop. La couple est pleine.  Je ne porterai plus le poids de la culpabilité des générations précédentes. Une vraie leçon de la vie. Certains vont dire que je suis en train de devenir totalitaire. Pensez ce que vous voulez. Il y a un gouffre entre se dresser pour la justice et tolérer l’intolérable. Comme il y a un gouffre entre la colère, qui peut être légitime, et la haine, qui est mauvaise.

Je ne veux pas tomber dans la haine. J’ai assez scruté Tommy Robinson pour savoir qu’il n’est pas tombé dans la haine. Il s’est dressé pour ce qui est juste, pour le respect mutuel entre individus, avec une colère légitime quand des actes ignobles ont été commis.

Je suis à nouveau en colère maintenant, quant à sa situation: avant qu’il ne fonde l’English Defence League, dont il s’est retiré en octobre dernier dans le but de former une organisation plus efficace, il a commis une fraude pour un prêt immobilier: il a prêté de l’argent à un membre de sa famille, qui a permis à ce dernier de présenter cet argent comme un dépôt sur son propre compte, dans le but d’obtenir de la banque un prêt immobilier. C’était frauduleux. Mais l’argent a été régulièrement remboursé à la banque. Personne n’a été volé. Tommy a été jugé pour fraude pour prêt immobilier le 23 janvier dernier (2014) et condamné à … 18 mois de prison ferme ! Je ne connais pas la loi britannique, je ne peux donc me prononcer sur celle-ci. Ce jugement ne me paraît pas équitable. Je sais qu’il y a une différence énorme entre la Justice et l’Équité. Ici, c’est un gouffre.

De plus, quand je vois qu’un ex ministre britannique, Peter Mandelson, n’est pas allé en prison pour la même fraude, je me pose des questions. En fait, cela ne peut que me rappeler les fameuses paroles de La Fontaine : « Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir ».

Il est donc facile de penser que c’est parce que Steven Yaxley Lennon (son vrai nom) est Tommy Robinson que la sentence a été si démesurée. C’est, bien sûr, mon opinion. Je me demande maintenant si l’on a droit d’avoir une opinion dans ce pays, le Royaume-Uni, où je vis.

Quoiqu’il en soit, je me suis libéré de la culpabilité des générations précédentes. Bien sûr que je hais toujours le totalitarisme. Bien sûr que je dis « Plus jamais ça ! ». Mais je serais coupable si je refusais de voir et de témoigner de ce qui se passe.

Mais ce n’est pas tout: la vie de Tommy Robinson a été ouvertement menacée à bien des reprises, ce qui ni le gouvernement, ni le juge, ni les autorités pénitentiaires ne pouvaient ignorer. Pourquoi donc ne pas le mettre sous protection renforcée ? Il a été incarcéré le 23 janvier, et a déjà subi une agression physique violente grave le 5 février, avec apparemment la complicité des gardiens. Le gouvernement britannique est responsable de sa securité et devra en rendre des comptes. Je suis encore plus en colère quand je vois que les médias n’ont pas parlé de son agression, alors que c’est un personnage public connu des britanniques, et que les médias n’ont pas même mentionné que sa vie est encore plus en danger maintenant qu’il est en prison.
J’espère que le gouvernement britannique a été extrêmement occupé avec les récentes inondations et n’a pas pris le temps de considérer que la vie de Tommy Robinson est précieuse. Cet homme est devenu une voix dans le pays, une voix contre l’islamisme, et contre l’extrémisme. Il est contre la haine et il aura un immense impact sur la paix et le bien-être du pays où je vis maintenant.

Je dois dire que je me demande maintenant si ce n’est pas l’intérêt du gouvernement britannique de lui imposer le silence pour longtemps, voire à jamais. L’Histoire jugera ce gouvernement.

J’espère que Mr Cameron (le 1er ministre) et Mr Clegg (le vice-1er ministre) réaliseront leur responsabilité, qu’ils n’ont pas réalisé qu’ils devront rendre des comptes, ou qu’ils ont trop fait confiance aux autorités pénitentiaires. J’espère simplement que ce sont des hommes honnêtes, Et qu’ils sauront le montrer dans la cas de Tommy Robinson.

Je souhaite de tout cœur que l’actuelle génération ne sera pas responsable d’avoir fermé les yeux sur les extrémistes, et qu’elles ne continuera pas de taxer d’extrémistes ceux qui se dressent contre la haine. Les futures générations pourraient en pâtir gravement, par notre faute.

Publicités

2 réflexions au sujet de « Les générations antérieures nous ont transmis le poids de leur culpabilité collective »

  1. Ping : Tommy Robinson a pris 18 mois ferme, c’est scandaleux. La justice britannique est aussi politisée qu’en France | Francaisdefrance's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s